Coworking à Paris

La montée du coworking en France

Mitteleuropa, Saint-Germain-des-Prés…, autant de lieux mythiques qui, au fil du temps, ont fait la promotion de ces grands espaces de socialisation ayant donné naissance au coworking. Les artistes, les écrivains et les intellectuels avaient pour habitude de se réunir autour d’un café ou d’une bière pour échanger et partager des idées en mêlant,sous un aspect plus dynamique,travail et convivialité. Depuis, le concept a fait son chemin pour devenir un véritable phénomène auprès des travailleurs indépendants en mal de liberté.
L’évolution du concept de coworking, « mon bureau où je le veux »
Partager un espace de travail avec un réseau composé d’autres travailleurs indépendants privilégiant l’échange et l’ouverture, tels sont les bienfaits du coworking. Avec le coworking, au lieu de travailler dans un espace cloisonné à la maison ou dans une entreprise, le travailleur profite d’un espace de cotravail doté d’un bon réseau wifi, dans un environnement stimulant sans pour autant être aussi bruyant que le café du coin. Depuis 2012, les espaces de travail en commun foisonnent dans la capitale et laissent l’opportunité aux travailleurs de faire des échanges de compétences ou de formations tout en leur permettant de profiter de lieux de détente et de découverte. La croissance fulgurante du concept de coworking a permis d’en faire la terre de prédilection des startups et des entrepreneurs individuels ayant des projets innovants et créatifs.
Grâce au coworking, on voit naître des projets de travail de type collaboratif (en couple ou en réseau) quand on n’est pas face à un mode de travail de type coopératif (intervention de robots). Dans tous les cas, le coworking offre l’opportunité aux travailleurs indépendants (développeurs, concepteurs, blogueurs, consultants en mercatique, journalistes, graphistes, architectes web ou auto-entrepreneurs) d’évoluer dans des espaces de travail partagés tout en bénéficiant du confort du domicile et de la richesse sociale du travail en entreprises.

Le coworking pour les différents secteurs d’activités : moteur de développement de l’entrepreneuriat et de la création d’emplois

– Le coworking au service de l’innovation et du développement entrepreneurial
Dans le cadre du coworking, des freelances créatifs peuvent partager leurs passions, leurs idées, leurs images, textes, sons ou objets interactifs avec d’autres spécialistes dans le domaine. Les tarifs pour l’adhésion à un tiers-lieu ou espace de coworking varient selon chaque établissement. Certains espaces de coworking proposent des tarifs à la journée (18 euros) ainsi que des tarifs pour devenir membre (30 euros/mois) ou pour devenir résident (350 euros/mois). L’adhérent a la possibilité de participer à des ateliers (architecture d’information, UX, SEO, CSS) ou de faire des rencontres entre co-workers. L’objectif est de tisser des liens et d’apprendre à se connaitre dans une ambiance conviviale, à l’occasion d’un petit-déjeuner, d’un déjeuner ou d’un apéro. Certains espaces de coworking, tel le Laptop, peuvent accueillir des expositions d’artistes, de collectifs ou de galeries nomades. Pour assister aux évènements organisés, il est le plus souvent conseillé de faire une réservation.
– Le coworking pour l’ouverture d’un mode de travail alternatif et ouvert
En prônant l’échange et l’ouverture, les espaces de coworking donnent un nouveau souffle au mode de travail alternatif. Ainsi, les travailleurs indépendants peuvent vivre librement ensemble tout en demeurant complémentaires et compatibles. Chacun est spécialiste dans son domaine, qu’il soit entrepreneur, développeur, web designer, consultant, étudiant, chercheur…, mais tous peuvent partager leurs idées et faire part de leurs projets dans le cadre d’évènements organisés par l’espace lors d’ateliers, de projections de film ou de vide-dressing.Ce mode de travail collaboratif et en réseau remet en question les théories pyramidales du travail faisant place à une agrégation ponctuelle de compétences qui se forment et se déforment selon les projets. Les méthodes de travail deviennent plus dynamiques, plus flexibles et plus rapides. Certains tiers-lieux de travail comme Mutinerie Coworking offrent l’opportunité aux grands adeptes du coworking de devenir gratuitement co-worker d’un jour pour profiter de l’ambiance conviviale d’un lieu de vie ouvert à tous.
– La filière de l’édition en mode coworking
La filière de l’édition n’est pas demeurée en reste dans le domaine du coworking. Voulant s’adapter aux enjeux du numérique et des innovations de leur secteur, les acteurs de l’édition et les startups innovantes ont mis en place des espaces de travail(comme Le Labo d’Edition) spécialement dédiés à la transition numérique et aux innovations dans la filière de l’édition. Jouant le rôle d’incubateur d’entreprises, les laboratoires d’édition aménagés en mode coworking apportent un soutien en termes d’hébergement et de conseil lors des premières étapes de la vie de l’entreprise. Des échanges informels, des formations pointues (fabriquer un livre numérique, maîtriser et optimiser son image en milieu professionnel, faire du community management– technique au cœur des stratégies éditoriales, etc.) et des travaux organisés en petits groupes y sont arrangés dans un mélange créatif entre travail et convivialité.
– Le coworking pour l’innovation sociale et environnementale
Mêmes les entrepreneurs sociaux de différents parcours n’échappent pas aux besoins d’innovation, de pertinence, de dynamisme économique et d’esprit collaboratif. Des espaces de travail (exemple : La Ruche)sont mis en place pour que les passionnés de l’innovation sociale et environnementale collaborent côte à côte et même ensemble pour monter des projets innovants dans un climat d’échanges et de confiance. Dans ce cadre-là, des rencontres entre entrepreneurs sont organisées autour de déjeuners bio ou d’apéros « verts ».
– Des tiers-lieux pour le développement durable
La création d’une pépinière d’entreprises, la location de bureaux, l’hébergement et l’accompagnement des entreprises entrent également dans le cadre des activités des espaces de cotravail. Certains espaces mettent à la disposition de leurs usagers des sites ouverts à louer de façon modulable (openspace) comprenant des salles de réunion parfois utilisables gratuitement, des cafétérias, des salles de sport, des salles de repos… Pour certains espaces de coworking (La Pépinière 27 par exemple), les coûts de la location de surface par an, à titre indicatif,s’élèvent à 250 euros/m² pour un openspace, tandis que pour la mise à disposition d’un bureau fermé, il faut payer 90 euros/m²en plus. Une quote-part pour les charges communes avec les frais d’animation et d’accompagnement sont à la charge du locataire.
– Les autres domaines de prédilection du « coworking space »
Des espaces de travail collaboratif organisés en un réseau « coworking space » et reliés à des structures nationales et internationales offrent leur appui à la promotion de startups émergentes (exemple : La Cantine). D’autres espaces de coworking sont non sectoriels et donnent l’opportunité à une catégorie professionnelle particulière de nomades sans bureau fixe de répondre à leurs besoins de lieu de travail, de réunions ponctuelles, d’échanges et de collaborations professionnelles. Dans ce domaine, une large place est d’ailleurs fait

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *